ESPACE CONCRET

Le SHED

ou Centre d’art contemporain de Normandie, a accueilli ses premiers visiteurs le samedi 19 septembre 2015 à Notre-Dame-de-Bondeville près de Rouen L’audacieuse initiative est à mettre à l’actif d’un groupe d’artistes plasticiens réunissant Pierre Ardouvin et Anne Brégeaut, Jean-Paul Berrenger, Jonathan Loppin, Anita Molinero, Aurèle Orion et Bruno Peinado. Ensemble, ils se sont portés acquéreurs d’un bâtiment de l’ancienne usine Gresland. Le tout nouveau Centre d’art contemporain de Normandie investit ainsi un lieu patrimonial unique, témoin d’un glorieux passé industriel : une ancienne fabrique de mèches pour chandelles et bougies, reconvertie en filature avec l’avènement de l’électricité. Typique de l’architecture industrielle du XIXe siècle, le bâtiment de 1.500 m2 est composé de onze travées avec une toiture à redans (dents de scie) appelés sheds.

Mais avant la réalisation des travaux d’aménagement, prévus sur une année, le SHED fête son ouverture avec une première exposition intitulée « Résistance des Matériaux », dont le vernissage a eu lieu également le samedi 19 septembre. HAROPA-Port de Rouen apporte sa contribution à ce projet artistique original. Partenaire du SHED, le Port de Rouen a mis à disposition outils et matériels, utilisés hier et aujourd’hui, sur les quais et dans les ateliers de réparation navale. Marie Reinert, vidéaste et plasticienne, a « mis en scène » ces objets, accompagnés de légendes précisant leur nom ou fonction. Manille, moniteur de grue, radio VHF, disquettes d’ordinateur, mais aussi chaise de bureau, classeur, vérins hydrauliques... sont disposés à même le sol.

Visible jusqu’au 15 novembre, la première exposition du SHED réunit douze artistes – 6 hommes et 6 femmes – qui ont travaillé à la réalisation de pièces nouvelles, produites sur place et montrées dans le lieu brut. L’occasion d’une confrontation entre création contemporaine et patrimoine industriel, avec les visions de Pierre Ardouvin, Jean-Pau Berrenger, Simon Boudvin, Sophie Dubosc, Dominique Ghesquière, Véronique Joumard, Claude Lévêque, Jonathan Loppin, Nicolas Milhé, Anita Molinero, Delphine Reist et Marie Reinert. Meubles en lévitation, fourgon renversé, bombes dégoulinantes de mousse polyuréthane... les créateurs ont interprété la résistance des matériaux selon leur inspiration et imagination. « Une problématique commune aux ingénieurs et aux sculpteurs », avance Julie Faitot, commissaire de l’exposition.

 

 

Le SHED

ou Centre d’art contemporain de Normandie, a accueilli ses premiers visiteurs le samedi 19 septembre 2015 à Notre-Dame-de-Bondeville près de Rouen L’audacieuse initiative est à mettre à l’actif d’un groupe d’artistes plasticiens réunissant Pierre Ardouvin et Anne Brégeaut, Jean-Paul Berrenger, Jonathan Loppin, Anita Molinero, Aurèle Orion et Bruno Peinado. Ensemble, ils se sont portés acquéreurs d’un bâtiment de l’ancienne usine Gresland. Le tout nouveau Centre d’art contemporain de Normandie investit ainsi un lieu patrimonial unique, témoin d’un glorieux passé industriel : une ancienne fabrique de mèches pour chandelles et bougies, reconvertie en filature avec l’avènement de l’électricité. Typique de l’architecture industrielle du XIXe siècle, le bâtiment de 1.500 m2 est composé de onze travées avec une toiture à redans (dents de scie) appelés sheds.

Mais avant la réalisation des travaux d’aménagement, prévus sur une année, le SHED fête son ouverture avec une première exposition intitulée « Résistance des Matériaux », dont le vernissage a eu lieu également le samedi 19 septembre. HAROPA-Port de Rouen apporte sa contribution à ce projet artistique original. Partenaire du SHED, le Port de Rouen a mis à disposition outils et matériels, utilisés hier et aujourd’hui, sur les quais et dans les ateliers de réparation navale. Marie Reinert, vidéaste et plasticienne, a « mis en scène » ces objets, accompagnés de légendes précisant leur nom ou fonction. Manille, moniteur de grue, radio VHF, disquettes d’ordinateur, mais aussi chaise de bureau, classeur, vérins hydrauliques... sont disposés à même le sol.

Visible jusqu’au 15 novembre, la première exposition du SHED réunit douze artistes – 6 hommes et 6 femmes – qui ont travaillé à la réalisation de pièces nouvelles, produites sur place et montrées dans le lieu brut. L’occasion d’une confrontation entre création contemporaine et patrimoine industriel, avec les visions de Pierre Ardouvin, Jean-Pau Berrenger, Simon Boudvin, Sophie Dubosc, Dominique Ghesquière, Véronique Joumard, Claude Lévêque, Jonathan Loppin, Nicolas Milhé, Anita Molinero, Delphine Reist et Marie Reinert. Meubles en lévitation, fourgon renversé, bombes dégoulinantes de mousse polyuréthane... les créateurs ont interprété la résistance des matériaux selon leur inspiration et imagination. « Une problématique commune aux ingénieurs et aux sculpteurs », avance Julie Faitot, commissaire de l’exposition.